Vie au Maroc, Vie d'Expat

Monnaie monnaie monnaie !

Avoir de la monnaie au Maroc est indispensable et même essentiel.

La devise ici est le dirham (dh). Un dirham vaut moins de 0,10 cent d ‘euro.

Au quotidien à Casablanca, on n’utilise pas de carte bancaire (CB). On utilise des espèces. Pour tous les achats de la vie quotidienne, on utilise donc des dirhams.

Monnaie et vie quotidienne

A titre d’exemple, un kilo de tomates coûte environ 6 dirhams, un kilo d’oranges à jus, 7 dirhams soit moins de 70 cents d’euros.

Dès lors la CB ne sert que pour des achats conséquents. Et encore toutes les commerçants ne l’acceptent pas.

Attention dès lors à ne pas dépasser le plafond de retrait hebdomadaire ! Sinon gare à la mauvaise surprise vécue évidemment ! Ben oui il y a des sous sur mon compte. Ah mais non, je ne peux pas aller au guichet en retirer : on est dimanche ou il est 20h !

Imaginez-vous donc un instant tout payer en espèces à partir de maintenant ? Y compris un meuble, par exemple. Et vous comprendrez vite à quel point le distributeur automatique de billets le plus proche est devenu votre nouvel et meilleur ami !

Moi qui avait rarement plus de dix euros en poche à Paris ! Je me suis adaptée à une nouvelle façon de gérer l’argent. J’ai investi dans un plus grand porte-monnaie !

Et s’il y a désormais plus de billets dans mon porte monnaie il y a surtout plus de pièces !

Car, au quotidien, on court tous après la monnaie. Dès qu’on a un billet de plus de 50 dh, on s’arrange pour faire rapidement de la monnaie car nécessairement on va en avoir besoin rapidement !

Hors de question de sortir avec juste la CB dans la poche. Sauf si on veut être sûr de ne rien acheter évidemment ! 

N’est-il pas joli d’ailleurs ce porte-monnaie ? Entièrement fait en matières recyclées avec des bandes VHS par exemple. Incroyable non ? Et comme c’était en plus pour une bonne cause ! C’est celui de Queen M désormais.

Services

A Casablanca, il existe des services qui ont totalement disparu dans nos pays comme Madame Pipi, cireur de chaussures ou pompiste. Et oui ici, le réservoir d’essence de l’automobile n’est pas fermé à clé car c’est une personne qui te sert l’essence et non un automate.

Evidemment tous ces services se règlent uniquement en petite monnaie.

La palme de l’utilisation quotidienne de pièces revient aux petits taxis rouges qui transportent jusqu’à 3 passagers d’un point à un autre, en plus ou moins en bonne condition ! Tout dépend de l’état du véhicule et de la conduite du chauffeur !

L’autre activité consommatrice de monnaie est le stationnement.

Stationnement

Ce dernier est mon plus gros consommateur de pièces. Car le montant du stationnement dépend du quartier, qui diffère d’une rue à l’autre, d’un jour à l’autre voire même parfois d’une heure à l’autre. Ou encore de votre sourire, ou, de votre tête : inutile de vous expliquer qu’avec une tête de parfait touriste, le prix est croissant !

Il n’est donc pas facile de s’y retrouver. Car la question est à chaque fois identique : combien ? Et là les choses se compliquent, surtout quand on est novice !

Cinq jours après mon arrivée à Casablanca, je me suis transformée, en chauffeur pour mes enfants, essentiellement, pour les conduire au collège et au lycée.

Ne connaissant pas la ville et devant la circulation intense, je pris très vite l’habitude de me garer, au même endroit et ce jusqu’à 6 à 10 fois par jour en fonction de leurs emplois du temps.

Quelle idée aussi d’avoir 3 enfants d’âge différents ! Au moins avec des triplés j’aurais pu exiger qu’ils soient dans la même classe et ils auraient eu des horaires identiques.

A chaque fois évidemment, je payais mon écot. N’ayant aucune connaissance du système, je donnais une pièce de 5 dirhams à la gardienne. Cette dernière m’accueillait toujours avec un grand sourire. Je me posais même la question de savoir si elle ne me gardait pas une place. Jusqu’au jour où je compris : le tarif était de 2 dirhams et non 5 !!!!

Aujourd’hui, je fais moins le chauffeur. Mais quand je vais au lycée et ou au collège et que c’est la dame, qui bien sûr, me reconnait toujours et bien… je continue à lui donner 5 dirhams.

Le stationnement est une source inépuisable d’étonnement pour le nouvel arrivant.

Gardien et stationnement

Ainsi, une fois le véhicule stationné, il faut bien regarder le mode de fonctionnement de la rue. S’il y a un gardien de rue, c’est lui. Sauf s’il y a un parcmètre. Car le gardien n’empêchera pas votre auto de se faire immobiliser ou embarquer par la fourrière.

Pour quelques minutes de retard, vous pouvez retrouver un sabot solidement attaché à votre roue. Et quoi de plus facile à faire que le sabot est déjà attaché dans la rue à un poteau. Quelques secondes est le tour est joué. Bon pour être délivré, il vous en coutera 30 dh et un peu de patience car il vous faudra attendre le retour en mobylette du monsieur qui a la clef du sabot.

Pour la fourrière, c’est un peu plus compliqué et embêtant. En 20 minutes l’auto peut être embarquée et il en coutera 350 dh et une promenade en taxi dans Casa ! Donc, méfiance !

Mieux vaut insérer, quelques pièces dans l’automate, poser le ticket sur le pare brise etc et hop le tour est joué. Pour ma part, je choisis toujours le parcmètre et je donne mon ticket s’il est encore valide au gardien à mon départ.

Mais il arrive très souvent qu’à l’horizon de la rue, il n’y ait rien, ni personne ! L’endroit semble totalement désert.

Evidemment, je m’en vais donc vaquer à mon occupation. Lors de mon retour, toujours personne ! Je remonte dans mon véhicule. Je commence à manœuvrer pour sortir de la place et…. Là comme par magie : surprise ! Une personne tape à ma vitre en disant « parking »! Pas le choix : même si je suis sûre que personne n’a « veillé » sur l’auto en mon absence.

J’ai également appris qu’il ne faut ne jamais payer tant que je ne suis pas sortie de ma place et que je ne suis pas prête à m’insérer dans la circulation. Car sinon, dès que j’ai donné ma contribution, eh bien débrouille toi Simone, il n’y a plus personne, le « gardien » a disparu !

Parfois, le gardien t’aide en te lançant des « zid zid zid » ce qui signifie « avance, bouge’ ou te lance un « chouff » qui signifie « je vois » pour te faire comprendre qu’il t’a vu ainsi que ton véhicule.

Monnaie en fin de journée

Suivant les déplacements en ville, les endroits fréquentés ou les achats effectués, que ce soit pour 2 minutes ou 2 heures, il faut donner l’écot au gardien. En général 2 dh suffisent. S’il n’est pas d’accord il le dira aussitôt  Mais à certains endroits cela peut monter jusqu’à 10 dh.

A la fin de la journée, les pièces de monnaie ont fondu dans le porte-monnaie.

Et même si ce sont de toutes petites sommes, j’ai l’impression de jouer à l’écureuil en tentant d’avoir des petites réserves chaque jour.

Alors le soir venu quand les enfants rentrent de l’école, après avoir déjeuner à midi en extérieur, je les interroge et je troque leurs pièces contre des billets !

7 commentaires sur “Monnaie monnaie monnaie !

  1. Agathevisor – Expatriée au Maroc depuis septembre 2017 avec ma tribu, j'ai créé ce blog pour raconter notre nouvelle vie, découvertes etc et aussi partager nos voyages ! Enjoy your life !
    agathevisor dit :

    C’est super gentil. Cela me touche beaucoup. Et m’encourage. Car tu savais que je n’allais pas rester en vacances bien longtemps…Bisous