Les voyages de la Tribu·Vie au Maroc, Vie d'Expat

Mahkama du Pacha et quartier des Habous

Casablanca n’est pas une belle ville ! Quand on s y balade, on regarde plutôt où mettre les pieds,  vu les trottoirs défoncés, les obstacles sur la chaussée, les plaques d’égout parfois absentes ou encore les détritus qui jonchent couramment le sol.

Mais il est un quartier populaire où j’aime me promener et que j’aime faire découvrir à nos visiteurs.

C’est celui des Habous et l’ancien tribunal musulman du Pacha de Casablanca ou Mahkama du Pacha.

 

Quartier des Habous

Contrairement à ce qu’on peut imaginer, ce quartier a moins d’un siècle.

Il est en effet né dans les années 20 sous l’impulsion du Général Lyautey, alors résident général du protectorat marocain, afin de faire face à l’exode de paysans venus trouver du travail à « Dar Beda », Casablanca en darija.

Imaginé par des architectes français, ce quartier est conçu comme une médina traditionnelle.

 

On y trouve donc, bien entendu, la mosquée,

 

un hammam (où il est interdit de prendre des photos), différents marchés.

C’est également dans ce quartier que se trouve une des meilleures pâtisseries de Casa !

La particularité du quartier pour l’époque est qu’il intègre le confort moderne, à savoir l’eau courante et l’électricité.

Destinée initialement aux personnes modestes qui arrivaient en ville, ce quartier devint prisé et aujourd’hui n’a plus forcément de caractéristique sociale.

C’est devenu un haut lieu de l’artisanat et on y trouve aussi bien de beaux tapis

 

que des meubles, des babouches ou des livres. C’est également dans ce quartier que viennent se vêtir les marocains à la recherche d’une tenue traditionnelle.

L’ancien tribunal musulman, achevé en 1952, est également remarquable. De style hispano-mauresque, il possède de belles salles avec des plafonds en bois sculpté.

On peut également y admirer des zelliges, des ornements en bois et une magnifique verrière.

La vaste cour intérieure invite à la paresse.

 

 

On y trouve des clémentines.

Les escaliers sont originaux et tout a été réalisé avec le savoir faire et les matériaux locaux.

Bref vous l’aurez compris, j’adore ce bâtiment !

Si vous venez à Casablanca, surtout ne manquez cette visite !

 

Vie au Maroc, Vie d'Expat

Thé Wright 1856 à Casablanca

J’adore le thé !

Alors évidemment, quand j’ai découvert à Casablanca, une boutique de thé et bien, j’ai testé, j’ai approuvé et j’y retourne !

Des thés variés

La marque Wright 1856 est assurément à recommander ! Car il y en a vraiment pour tous les goûts : du noir au roïbos en passant par le vert, blanc, fumé comme le lapsang souchong ou encore le matcha.

Toutes les catégories de thé sont présentes et les mélanges sont savoureux !

Dans la toute nouvelle boutique située dans le Triangle d’or à Casablanca, il est possible de déguster désormais des plats et des boissons, le tout à base de thé, bien sûr.

C’est donc là aujourd’hui que je suis allée déjeuner avec une copine.

Le cadre est raffiné et élégant.

Nous avons choisi de nous installer à l’étage.

Nous nous sommes laissées tenter par une très belle entrée,

Servies avec un beurre à base de matcha, véritable délice et  un petit pain pavot matcha ou sésame blanc matcha.

Puis nous avons poursuivi avec un joli dessert.

A côté de la salle, quelques vitrines relatent l’histoire du thé, de l’enseigne et de la vaisselle associée.

Il y a aussi une petite salle qu’on peut réserver si l’on souhaite un espace plus intime. Et bien entendu, il n’est pas question de quitter l’endroit sans dévaliser la boutique !

La boutique

Car vu le choix, il y a toujours des mélanges et des compositions à essayer. Certaines sont surprenantes, déroutantes d’autres transportent immédiatement ailleurs; un véritable voyage olfactif et gustatif.

Parfois, je me laisse tentée également par les chocolats et les macarons. A la maison nous sommes fans des macarons bleus par exemple. Ils ont réalisés à base de earl grey.

Bientôt, je viendrais l’après-midi pour tester la formule « Buckingham Tea Time ».

Elle  se compose d’un assortiment d’amuse-bouches et de mignardises sucrées et salées au thé, accompagné de minis sandwichs, scones, cupcakes et autres pâtisseries faites maison, accompagnées de leur marmelade de fruit infusée au thé.

Un programme alléchant isn’t it ?

 

 

 

 

 

 

 

Vie au Maroc, Vie d'Expat

Une autre vie : 6 mois déjà !

Et oui voilà six mois que nous sommes expatriés au Maroc, six mois que nous avons changé de vie.

Déjà six mois ! Que le temps passe vite !

L’heure est venue de faire un petit bilan, passées les premières semaines d’installation et de découverte.

Tout va bien.

 

L’Homme a fêté son demi siècle la semaine dernière. Et question de fêter l’événement il fut gâté puisqu’il a reçu la visite de sa maman puis celle de son meilleur ami et de sa moitié, qui ont tous eu la chance d’avoir un temps magnifique !

Question boulot, l’Homme bosse trop, autant qu’à Paris hélas où il avait frisé l’overdose. Il a pris de nouvelles fonctions au 1er janvier. Ces responsabilités n’étaient pas dans la feuille de route de départ et c’est le point noir de la nouvelle vie.

Il doit donc composer avec de nouveaux défis tant en termes de management que d’usage et de coutumes.

Hormis des allers et retours assez réguliers à Paris, il n’a presque plus de transport quotidien (moins de 10 minutes porte à porte bureau-domicile) et est totalement dégagé de tout corvée domestique ou administrative (enfin depuis qu’il a ses papiers et que l’auto rouge est immatriculée, depuis 10 jours quoi !).

Et il adore la douceur du climat et le soleil !

Fils aîné, réservé de nature, s’est bien acclimaté également.

Comme il est brun, a les yeux noisette et le teint mat (héritage italien !), il arrive qu’on lui parle « darija » dans la rue.

Le lycée français est d’un autre niveau que celui qu’il a quitté. La première S n’est pas facile. Il s’accroche.

Avoir son chauffeur personnel et particulier qui vient le chercher sur un simple coup de fil (en l’occurrence moi !) lorsqu’il a un trou dans l’emploi du temps, c’est carrément plus cool que le train capricieux de banlieue ou le rer.

La vie est moins stressante dit-il.

Le climat doux et le soleil lui plaisent énormément ainsi que la grande maison avec piscine.

Par contre, Casablanca est sale. Les déchets jonchent le sol et ce, même sur les longues plages. C’est le négatif selon mon Grand.

Queen M, après avoir mené la vie dure à ses parents tous ces derniers mois – bon faut pas non plus crier victoire, ils ont tout de même droit encore à des épisodes de rechute de temps à autre – est désormais bien dans ses baskets.

Surtout depuis qu’elle a rencontré une copine, qui a passé, elle, toute sa vie en expatriation et qui arrive là, par exemple, de Zambie (c’est où ce pays hein c’est où ?).

Queen M adore sa chambre ou plutôt son studio avec terrasse vue mer et vue piscine et sa salle de bains individuelle s’il vous plaît ! On la surnomme toujours Miss Bazar tant elle est désordonnée ! Elle voue une passion à son lit et peut y rester la journée ! Idem dans le transat du jardin quand elle peut s’y vautrer…

Argh le poids du monde porté sur les épaules qui rend l’adolescent avachi et vif comme une limace quand il se déplace !

Tiens ! Cela me fait penser à cette photo prise, cet été, aux Etats Unis où l’imitation du mannequin pour ado était parfaite…La voici !

Bluffant non ?

Mais ouf, elle apprécie les déjeuners hebdomadaires du vendredi midi avec sa môman.

Sinon elle bosse son accent anglais : influence de la copine bilingue franco américaine peut-être ?

Et elle a commencé à écrire une histoire qu’elle publie sur la toile avec interdiction à ses parents de chercher à la lire ! Bref la version 2.0 du journal intime !

Quant à Loulou, il a fait d’énormes efforts pour s’intégrer tout de suite; à l’école et dans la nouvelle vie. Ce fut le premier à s’être fait des copains et à les voir en dehors de l’école à se faire inviter et vouloir inviter un copain.

Il aime tout dans sa nouvelle vie sauf le poisson et les bidonvilles. Car malheureusement à Casablanca, il y en a encore beaucoup et c’est bien malheureux. Il suffit parfois de juste changer de rue pour tomber au beau milieu d’un autre monde !

Loulou nourrit une passion pour un jeu vidéo de construction et peut vous expliquer pendant des heures ce qu’il fabrique avec. Il a même tourné des vidéos qu’il poste après validation par son papa.

On le sent heureux et cela fait vraiment plaisir !

Et il est absolument ravi de trouver sa maman à la maison à son retour de l’école.

Il a arrêté le karaté et s’est mis au surf. Un futur champion ?

Quant à moi, il y a six mois je quittais un poste qui me plaisait, une hiérarchie qui me convenait et des collègues sympas pour cette aventure qu’est l’expatriation.

Mais je ne regrette rien. Le quotidien est tellement plus agréable qu’en région parisienne. Il fait beau et très doux, nous habitons en bord de mer, une grande maison avec piscine et il y a du personnel pour gérer le ménage, le jardin et la piscine.

Je me promène sur la plage quand j’en ai envie. Je ne cours plus après le temps, tout le temps.

Hormis au volant (je ne m’y fais toujours pas !), les habitants de Casablanca sont plutôt sympathiques. Ils engagent facilement la conversation et sont physionomistes,  ce qui ne cesse de m’étonner ne l’étant absolument pas !

Il m’a fallu recommencer de zéro ma vie sociale et amicale et je l’avoue ce n’est vraiment pas facile, même pour quelqu’un de plutôt sociable comme moi. J’ai eu des coups de mou et à ce moment là ma famille, mes amis, mes copines, mes collègues m’ont manqué.

Du lundi au vendredi, en journée, le salarié voit ses collègues et les enfants leurs camarades de classe. Mais ce n’est pas le cas de celui qui reste à la maison qui dès avant 8h du matin, reste seul et peut passer des journées entières sans parler à quiconque voire même y compris les soirées quand le mari est en déplacement, en réunion nocturne ou en dîner professionnel (car les ado hein à part les écrans ?). Et à ce moment là on se demande bien ce qu’on est venu faire à Casablanca !

Heureusement les réseaux sociaux ont aboli l’espace temps et les frontières.

Toutefois, rien ne remplace le contact humain. Comme je ne suis définitivement pas une solitaire, je me suis donc rendue à des visites, à des réunions, à des cafés où je ne connaissais personne.

J’y rencontre des personnes de tous âges et horizons avec des parcours étonnants. Je suis totalement humble devant ces conjoints « d’expat » essentiellement des femmes il faut bien le dire, qui, tous les 3 ou 4 ans au gré des mutations professionnelles de leur compagnon, recommencent à chaque fois une nouvelle installation, un nouvel apprentissage, une nouvelle intégration.

Bravo à vous Mesdames, vous êtes vraiment épatantes ! J’admire votre adaptabilité, votre cran, votre zénitude et votre pragmatisme.

Désormais j’ai quelques connaissances et aussi quelques copines et même un copain avec qui partager nos péripéties quotidiennes, nos galères, nos bons plans, de l’entraide et surtout de bonnes tranches de rire.

Et comme il m’est impossible de rester sur mon canapé (tout comme il m’est toujours impossible de déjeuner devant ma femme de ménage quand elle est là, je ne suis pas encore une vraie princesse !), je fais du bénévolat : de façon hebdomadaire, à l’orphelinat auprès d’une classe de petits de 4 à 5 ans afin de leur apprendre le français; et de manière ponctuelle auprès de diverses associations.

Avec l’une de mes copines, nous planchons tranquillement sur la mise en place d’une plate-forme francophone locale de mise en relation des associations avec les bénévoles. A cet effet, nous prenons contact avec les associations de Casablanca. J’avoue que le sort de la femme et surtout de la petite fille me tient particulièrement à cœur. Et malheureusement pour ces deux sujets déjà, il y a beaucoup à faire ici.

Comme j’ai cette chance d’avoir du temps libre, je réfléchis également au lancement d’une activité. J’ai quelques idées, mais rien encore de défini précisément.

Mais j’y pense, pourquoi ne pas m’aider ? A votre avis, quelle activité indépendante pourrais-je donc développer ?

J’ai hâte de connaitre vos réponses ! Alors à très vite.