Les voyages de la Tribu·Vie au Maroc, Vie d'Expat

La belle médina d’Essaouira

Posée au bord de l’Atlantique – tout juste un peu plus calme que Casablanca – balayée par un vent marin, presque toute l’année, le Taros, la médina d’Essaouira offre au visiteur, une belle halte au Royaume du Maroc.


Pour l’Européen, Essaouira est familière, rassurante, agréable. Elle est à la fois dépaysante et connue – car avec ses remparts, elle ressemble un peu, à Saint-Malo, en France. Et pour cause, c’est le même architecte, Théodore Cornut qui établit les plans des remparts.

Toutefois, si, à Saint Malo, les maisons de la vieille ville sont de granit, à Essaouira, elles sont de pierre ou brique juste chaulées. 

Belle médina


La médina est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, depuis 2001. C’est donc par elle que par cette entrée que nous commençons notre visite.

Les ruelles sont propres, plutôt larges par rapport aux médinas du Maroc et bordées de boutiques où les prix sont mentionnés. Cela me surprend d’ailleurs désormais, moi qui vit au Maroc depuis 18 mois. Mais nul doute que cela rassure le touriste.

Bon nombre d’artisans exposent leur savoir-faire et c’est un régal pour les yeux.

Quels jolis paniers !
Les dessins de ces tapis montrent un artisanat de qualité

Ce peintre expose directement dans une ruelle de la médina.

Le Maroc m’a appris à prendre mon temps. 

Flâner

J’ai donc flâné dans ces ruelles et pris le temps de discuter avec les commerçants et artisans.

C’est comme cela que je me suis retrouvée à essayer de fabriquer de l’amlou ! L’amlou est une sorte de pâte à tartiner composée d’huile d’argan – une des spécialités du Maroc – et de cacahuètes ou d’amandes. Les ingrédients sont pilées avec une meule, en pierre, très lourde, le tout de façon manuelle.

Je n’avais encore jamais vu comment on en fabriquait de manière traditionnelle. Le commerçant m’a permis de tester moi-même la technique. Il m’a dit que je peux revenir si je cherche du travail ah ah !


Le plus simple pour visiter la médina : prendre le temps de s’y perdre !

C’est ce que j’aime dans les médinas et au Maroc en particulier : cette facilité de paroles et d’échanges pour peu que l’on soit souriant et attentif. La médina est piétonne ce qui est bien agréable : pas de klaxon, de bruits de moteur pétaradants.

Je déambule tranquillement. Marcher dans les rues de la médina d’Essaouira, le nez au vent permet au promeneur de découvrir et d’observer les mélanges de couleurs, d’admirer les portes travaillées, les zelliges par exemple.

Le nez au vent

Admirons cette pente de toit travaillée !
Et que dire de cette porte ouvragée ?
Ou de ces fenêtres arrondies ?
Avez-vous vu ces zelliges ?

Artisanat et souvenirs

Ce jour là, j’ai aussi adoré observer le travail d’un calligraphe. Il mélange les couleurs et d’un trait fin et élégant, trace des arabesques sur le papier.

Une idée originale à emporter en souvenir non ?

Désormais, chacun de nous a son prénom en arabe !
Son atelier

A moins que vous ne préfériez les paniers ! Personnellement je craque à chaque fois ! Ou les bijoux ?

Je commence à posséder une jolie collection !
Il y en a pour tous les goûts

Nous profitons de la superbe vue mer. Nous parvenons sur le chemin ronde de la médina d’Essaouira.

Le bastion se visite. Mais ce jour là avait lieu le tournage de scènes d’un film américain avec l’acteur Keanu Reeves (Matrix, Point Break, Speed …). Du coup, l’accès n’était pas autorisé.

D’ailleurs ce n’est pas la première fois que ce lieu sert de décor naturel au cinéma !

Nous nous dirigeons tranquillement vers le port de pêche d’Essaouira et la célèbre Skala.

Le port

Le port connait une activité soutenue et on assiste au retour des bateaux de pêche ou au départ des bateaux pour l’île de Mogador, l’ancien nom de la ville donné par les Français, au début du protectorat.

Montez en haut de la Skala : la vue est superbe !
Admirez ce canon et la tourelle
Vue depuis un créneau
Vue du port et des célèbres barques bleues
Le port est animé
Admirons la vue sur l’île de Mogador
L’océan se jette avec force sur les rochers

Après une longue pause, nous reprenons notre promenade en direction de l’immense plage magnifique et propre d’Essaouira.

La plage

Même au tout début de ce mois de novembre, on peut encore tremper ses doigts de pied dans la mer.

Des enfants plus téméraires, s’y baignent à demi. Avec les courants ici aussi la baignade est dangereuse.

Comme partout sur les plages, se trouvent des joueurs de football de tous âges.

Il y a également des amateurs de cerf-volants et plus encore de kitesurf.

Essaouira est un spot renommé d’ailleurs car il y a toujours du vent.

Nous marchons heureux, sur cette très longue plage.

Et c’est d’autant plus agréable que la plage est propre.

Au loin ce jour là, nous admirons ce trois mats, digne d’un bateau pirate, qui mouille face à la Médina.


La balade est si agréable et le temps si doux qu’on y reste jusqu’au soir !

En rêvant pourquoi pas, d’embarquer un jour sur un de ces beaux navires pour partir à l’aventure.

 

Les voyages de la Tribu

L’Archipel des Canaries en famille : île de Fuerteventura

Cet archipel espagnol, situé en plein océan Atlantique, au large des côtes africaines, compte sept îles principales : Ténérife, Lanzarote, Fuerteventura, Gran Canaria, La Gomera, El Hierro, La Palma.

Compte tenu de la douceur du climat, ces îles sont surnommées « les îles de l’éternel printemps ». Effectivement, les températures y sont très douces tout au long de l’année et la destination est très prisée.

Malheureusement l’urbanisation intensive des années 60-70 a totalement défiguré le paysage par endroits et certains lieux naturels ont à jamais disparu. Toutefois, une autre forme de voyage plus respectueuse de l’environnement a le vent en poupe et l’archipel, si on accepte de quitter les zones ultra touristiques, recèle encore de beautés.

C’est l’objectif de notre périple : trouver des coins encore authentiques et préservés sur cette destination archi fréquentée !

En ce mois d’août, c’est à la découverte en famille de 5 îles : Fuerteventura, Lanzarote, La Gomera, El Hierro et Gran Canaria que nous décollons depuis Casablanca (vol direct d’une durée de 2h).

Volontairement, nous avons écarté Ténérife, sans doute la plus connue de l’archipel car nous y avions déjà séjourné en 2002 : premier voyage de Fils Aîné tout juste âgé de 4 mois !

Organisation

Pour des raisons économiques et pratiques, en plus des hébergements, des ferries et des vols inter-îles avec la compagnie Binter nous avons également, réservé, dans chaque île, un véhicule. CICAR nous avait été recommandé et nous en avons été très satisfaits.

L’organisatrice en chef – c’est à dire moi – qui a réparti le nombre de nuitées du séjour en fonction des intérêts de la famille pour chacune des îles, a aussi tenu compte de la fatigue et du fait que l’itinéraire s’effectue avec des ado !

Vous avez des ado ? Si oui, pas besoin que je vous explique !

Si non et bien, pour faire simple, disons que, sauf exception, 1/où qu’on aille l’ado doit pouvoir se connecter à ses semblables 2/un ado n’est jamais pressé de se coucher mais qu’à contrario, il n’est jamais pressé de se lever et de se bouger le matin ! Le faire se lever de bonne heure quand en plus c’est les vacances, relève des travaux d’Hercule et d’Astérix réunis !

Toutefois, pour une partie du séjour, j’ai eu recours à une astuce : le buffet du petit déjeuner…qui bien sûr, a toujours une heure limite de service. Et comme mes 3 ado adorent ce type de petit déjeuners et bien, pas besoin d’appeler Hercule ou Astérix à la rescousse !

En trois semaines de vacances en famille, 5 îles figurent à notre programme. Voici la première !

Fuerteventura

Arrivés en début de soirée à Las Palmas, à Gran Canaria, nous prenons dès le lendemain le ferry, direction Fuerteventura et plus précisément Morro Jable que nous atteignons en 2 heures.

Hébergements pour la famille dans l’île

Pour ces 4 nuits, j’ai réservé 2 hôtels à 2 endroits différents de l’île. Pourquoi 2 endroits différents pour un si court séjour ?

Parce que moi, je rêvais de :

Et Loulou de :

C’est les vacances ou bien ?

Bon, autant l’indiquer dès à présent, 4 nuits à Fuerteventura, c’est bien si vous avez besoin de vous reposer vraiment ! Sinon, à mon goût, 3 jours suffisent !

Visite de l’île en famille

Cette île d’environ 100 kilomètres de long sur environ 30 kilomètres de large pour sa partie la plus grande, est surtout connue pour ses spots de surf ! Mais c’est une île où il existe bon nombre de sentiers de randonnée.

Pour notre part, sur l’île, nous avons surtout apprécié la baignade en famille car à Casablanca la mer est vraiment très agitée et dangereuse et donc peu propice à la baignade !

Comme nous ne savons pas rester trop longtemps façon étoile de mer sur une serviette ou un transat, fut-ce au parc aquatique ou au bord d’une piscine sublime, nous voilà partis à la rencontre de cette île.

Playa de Cofete

Nous cherchions des endroits authentiques et bien nous n’avons pas été déçus !

Pour atteindre cet endroit, il convient de rouler plusieurs kilomètres, sur une piste en terre, ce qui limite donc naturellement l’invasion touristique.

La route est sinueuse, étroite, ça grimpe et le vent est fort. Au passage, à toute petite vitesse, nous croisons quelques curieuses, à quatre pattes.

Et arrivés au sommet, c’est la découverte d’un paysage minéral somptueux.

Une langue de sable clair court le long d’une plage de plusieurs kilomètres dominée par la falaise aride.

Ici la plage est loin d’être bondée !

L’océan a des couleurs magnifiques et irrésistibles. Certains d’entre nous ne résisteront pas à l’appel de la baignade non sans danger.

Au retour, un voyant se met à clignoter sur l’auto ! La piste a eu raison d’un pneu. Pendant que nous nous arrêtons pour inspecter l’étendue des dégâts, des petits écureuils peu farouches, s’approchent, pour le plus grand plaisir de Loulou.

Mirador Morro Velosa

Toujours en famille, nous partons à nouveau à la découverte de l’île. Nous délaissons un peu la mer, pourtant jamais très loin pour nous rendre à cet observatoire, dessiné par la gloire locale César Manrique, très connu à Lanzarote particulièrement.

Le mirador domine les alentours. La vue est imprenable.

A la sortie du Mirador, nous apercevons ces drôles d’engins. Le rouge est décoré façon homme-araignée. En voilà une idée originale pour une balade cheveux dans le vent, façon Bardot ! Ah bah…pas tout à fait…j’avais oublié : ici on porte le casque !

Betancuria, le plus charmant village de l’île à découvrir en famille

Betancuria a été la capitale de l’île jusqu’au 19ème siècle. A l’heure la plus chaude de la journée dans l’île, c’est en famille et donc sans trop de touristes que nous visitons l’endroit.

Les façades blanches et les multiples fleurs donnent à l’endroit une harmonie certaine et l’ envie de se prélasser en terrasse, à l’ombre, en dégustant une assiette de fromage local.

L’église Santa Maria est également à découvrir.

Parque natural de Corralejo

Sans doute l’endroit le plus visité de l’île : cet immense espace de sable blanc classé depuis 1994, longe pendant quelques kilomètres la côte. Une route goudronnée permet d’apercevoir sans difficulté ce beau désert blanc.

Evidemment nous avons beaucoup aimé; tout comme la baignade dans la mer azur toute proche.

Fuerteventura est une destination facile et idéale pour une très courte durée. C’est donc sans regret qu’à Corralejo, nous embarquons sur un ferry pour une traversée de moins d’une heure en direction de notre prochaine étape : Lanzarote!