Vie au Maroc, Vie d'Expat

Et de 3 !

Troisième année à Casablanca

Nous voilà au début de notre troisième année à Casablanca ! Que le temps passe vite !

Et si cette rentrée est différente des précédentes, elle est surtout sans stress !

Certes, l’équipe de joueurs casaouis s’est réduite. Fils Aîné est parti poursuivre sa scolarité en France et il n’y a plus que 4 jouteurs à la table du dîner familial.

Bon d’accord, j’ oublie encore de temps à autre de ne poser que 4 assiettes sur la table ou d’acheter seulement 4 parts et non plus 5 !

Mais tout est normal, je suis en phase d’adaptation !

Pas de stress

Cette année, je n’ai rien anticipé. Je n’ai pas inscrit, en amont, les enfants, au service de ramassage scolaire, ni acheté les livres scolaires de Queen M, tous forcément neufs du fait de la nouvelle réforme du baccalauréat (avec laquelle on va s’amuser sic !), ni ne me suis occupée de la revente des livres scolaires de l’année précédente.

Mais « meschi mousquill » ce qui signifie : il n’y pas pas de problème !

Après l’habituelle négociation sur le prix, avec l’acheteur -qui ne sera, bien entendu, de plus que très rarement ponctuel, il y aura inévitablement une dernière tentative.

Avec des phrases de ce type : »on avait dit quel prix déjà ?  » ou « oh je n’ai pas de monnaie ».

Ce à quoi je répondrais, avec le sourire – toujours avoir le sourire – :  » le prix n’a pas changé » ou « pas de problème, j’ai de la monnaie ».

Car j’ai parfaitement intégré la nécessité d’avoir toujours sur moi de la monnaie

Tout comme je choisis spécifiquement un point de rendez-vous, devant un café, un commerce afin, le cas échéant, d’être justement en mesure de faire de la monnaie.

Bon, mon astuce ne fonctionne pas à 100%. Je me suis déjà vue quitter un commerce sans y avoir rien acheté.

A 10h, la vendeuse n’avait aucune monnaie, ne prenait pas la CB et avait instruction de ne pas quitter le magasin rendant impossible l’option change dans le commerce voisin !

Mais no stress ! Zen !

Conduite

J’ai repris mon job de taxi 6 jours sur 7 -merci les emplois du temps gruyère et les bus scolaires non adaptés au rythme de l’école – et retrouvé mes camarades de jeu sur le circuit automobile géant de la ville.

L’hyper vigilance est hélas toujours de rigueur au volant et la conductrice très tranquille que j’étais, use maintenant volontiers d’un langage plus fleuri, au volant.

Toujours motivée, je poursuis mes activités pour Casa Bénévolat car les rencontres avec les associations et les bénévoles sont belles et me tiennent toujours à cœur.

En parallèle, je démarre un tout nouveau projet en lien avec une de mes passions. J’espère que cela fonctionnera. Promis, je vous raconte bientôt.

Zen je vous dis, no stress….Le soleil, la mer, la piscine, la douce et belle vie….La parfaite illustration de la vie fantasmée de conjoint d’expat quoi !

La belle vie !

Oh ! Que vois-je ? Une flaque ! En plein du milieu du salon ! Un animal qui se serait soulagé en se glissant par la porte-fenêtre ? Une carafe d’eau renversée ?

Je m’approche, j’observe, je hume, je lève la tête et ….patatras…. l’eau vient du plafond…de la fissure apparue cet été….de l’autre terrasse ! Argh……..

Au secours !

Adieu zénitude !

Dédé La Bricole est de retour

Vie au Maroc, Vie d'Expat

18 ans, un nouveau chapitre de ta vie

Ceci est un nouveau chapitre de ta vie : 18 ans !

Départ

A l’heure où j’écris ces mots, tu es dans un bus vers une destination inconnue avec tes nouveaux camarades pour un week-end dit d’intégration.

A mon époque, donc au siècle dernier, on appelait cela du bizutage. On utilise des termes plus politiquement corrects désormais !

A l’heure où j’écris ces mots, tu es dans toutes mes pensées : aujourd’hui, tu fêtes tes 18 ans.

Pour la première fois de notre vie commune, je ne serai pas avec toi pour te voir souffler les bougies de ton gâteau ni pour te cuisiner ton mets favori. Nous ne trinquerons pas ensemble en nous remémorant les années qui passent et en nous exclamant : « déjà » !

Le temps de l’enfance est terminé. Mon petit garçon s’est envolé. Place au jeune homme pour qui a sonné l’heure de l’envol et qui vient d’ouvrir un nouveau chapitre de sa vie.

Aujourd’hui, je regarde en arrière et toi en avant.

Avenir

C’est comme cela les jours particuliers. Aujourd’hui je suis dans le passé et toi dans l’avenir.

Sans en avoir forcément conscience, je continue à guetter ton pas dans l’allée, à cuisiner pour 5, à mettre dans mon panier de course tes céréales préférés par exemple. Sauf que 2 000 kms nous séparent désormais. Tu ne vas pas rentrer de sitôt. Tu me manques mon fils chéri.

Pour autant, je ne suis ni triste, ni inquiète car tu es prêt ! Alors fonce mon grand, fonce ! Je suis fière de toi.

Construis toi la plus belle vie possible. Sois heureux ! Réalise tes rêves, qu’ils soient tout petits ou très grands, qu’ils soient ici ou ailleurs.

Je suis là pour toi; pour hier, pour aujourd’hui et pour demain. Pour la vie.

Je t’aime.

Joyeux Anniversaire, mon fils !