Les voyages de la Tribu

L’Archipel des Canaries en famille : El Hierro

El Hierro

Cet archipel espagnol, situé en plein océan Atlantique, au large des côtes africaines, compte sept îles principales : Ténérife, Lanzarote, Fuerteventura, Gran Canaria, La Gomera, El Hierro, La Palma.

Compte tenu de la douceur du climat, ces îles sont surnommées « les îles de l’éternel printemps ». Effectivement, les températures y sont très douces tout au long de l’année et la destination est très prisée.

Malheureusement l’urbanisation intensive des années 60-70 a totalement défiguré le paysage par endroits et certains lieux naturels ont à jamais disparu. Toutefois, une autre forme de voyage plus respectueuse de l’environnement a le vent en poupe et l’archipel, si on accepte de quitter les zones ultra touristiques, recèle encore de beautés.

C’est l’objectif de notre périple : trouver des coins encore authentiques et préservés sur cette destination archi fréquentée !

Volontairement, nous avons écarté Ténérife, sans doute la plus connue de l’archipel car nous y avions déjà séjourné en 2002 : premier voyage de Fils Aîné tout juste âgé de 4 mois !

L’organisation

Pour des raisons économiques et pratiques, en plus des hébergements, des ferries et des vols inter-îles avec la compagnie Binter nous avons également, réservé, dans chaque île, un véhicule. CICAR nous avait été recommandé et nous en avons été très satisfaits.

L’organisatrice en chef – c’est à dire moi – qui a réparti le nombre de nuitées du séjour en fonction de nos intérêts pour chaque île, a aussi tenu compte de la fatigue et du fait que l’itinéraire s’effectue avec des ado !

En trois semaines, 5 îles figurent à notre programme.

Après Fuerteventura, Fuerteventura, Lanzarote Lanzarote et La Gomera, La Gomera, nous voilà en route pour El Hierro !

La plus petite île des Canaries (29 kms de long sur 15 kms de large environ) est celle qui nous a le plus enthousiasmé dans notre périple « nature ».

Ici pas de plage de sable, mais des criques, des paysages volcaniques et de beaux espaces de randonnée.

El Hierro est le coup de cœur unanime de la tribu !

En provenance de La Gomera, hélàs pas de ferry direct. Nous sommes donc à nouveau arrivés par air via Ténérife et Binter sur l’île et nous voilà à nouveau au volant d’une auto en un temps record au sortir de l’aéroport.

L’île écolo

Classée réserve de la biosphère par l’Unesco en 2000, El Hierro est une île où le développement durable est un choix de vie.

Cette île de 10 000 habitants environ, possède en effet sa propre centrale hydro-éolienne qui lui permet d’assurer son autonomie totale en électricité.

On ne peut pas manquer les éoliennes qu’on aperçoit dès la sortie de l’aéroport.

Ni les bornes électriques qui sont également déjà installées et annoncent la prochaine transformation du parc automobile local qui passera de l’essence à l’électrique.

Evidemment ici on trie les déchets et nous n’aurons aucun mal à reprendre nos habitudes françaises.

L’île étant volcanique, les couleurs des paysages le sont également. Les crêtes offrent, elles, de splendides panoramas ce qui en fait également une belle destination pour les marcheurs.

Mais El Hierro ou plus particulièrement, La Restinga, est réputée pour sa faune et la qualité de l’eau de mer. Il n’en fallait pas plus pour que cela devienne un paradis pour plongeurs.

Evidemment, nous avons testé en famille.

Les randonnées

Sur les conseils du couple espagnol rencontré à La Gomera, nous avons commencé par ce coin totalement lunaire qui n’est pas sans rappeler certains paysages de l’île de la Réunion.

El Tamaduste

Quasi seuls au monde, avec notre pique nique, nous voilà partis sous le soleil à la découverte d’El Tamaduste.

Le chemin est bien balisé et serpente.

Au détour du sentier, pleins feux sur l’océan : sublime !

Ici on se croirait presqu’en Thaïlande . La balade est magnifique et nous pique-niquons les yeux dans la mer.

Mirador de la Llania

Au centre de l’île, voici une autre belle randonnée.

Partout, les sentiers sont balisés et les couleurs précisent la difficulté.

On chemine entre ombre et soleil, arbres et mont pelé sans trop de difficultés puis on arrive sur la crête et on se retrouve au-dessus des nuages !

El Mirador de la Pena

Si le Pico Malpaso culmine à plus de 1500 m par rapport au niveau de la mer, c’est davantage la vue de puis ce mirador qui nous a marqué.

Arrivés au sommet d’une côte, le paysage se dévoile tout à coup.

Tout en bas, dans la plaine d’El Golfo, voilà un arrêt baignade parfait !

Nous avons profité avec joie de cette piscine naturelle d’eau de mer.

La flore

Sur ces terres particulières balayées par les vents poussent des plantes et des arbres qui se sont acclimatés au point d’adopter des formes surprenantes.

L’île ou plutôt Restinga est également connue pour être un spot de plongée.

La plongée

Voilà quelques années maintenant que l’Homme et Fils Aîné ont pris goût à la plongée.

Comme ils n’ont jamais passé leurs niveaux, ils n’ont d’autres choix que de demander des « baptêmes » lors de leurs explorations.

Pour ma part, bien que bonne nageuse et adorant la mer, je n’aime pas la plongée.

Le snorkeling ou la randonnée palmée me convient parfaitement. Queen M et Loulou préfèrent aussi le snorkeling donc nous nous répartissons en deux groupes.

Pour cette sortie en mer, nous avions contacté une école quelques semaines avant notre venue et réservé un créneau.

Ce jour là, n’étant pas en forme, j’ai choisi de rester à terre. La tribu a totalement profité de ce moment. Ces passionnés ont pris le temps de leur faire découvrir la beauté de la faune marine locale.

Notre séjour à El Hierro s’achève. C’est à regret que nous quittons cette île.

Direction l’ultime étape de notre périple dans l’archipel : Gran Canaria

 

Et encore !·Vie au Maroc, Vie d'Expat

Joyeux Bloganniversaire !

Bilan

Il y a deux ans aujourd’hui, je me lançais aussi dans cette nouvelle aventure. Joyeux bloganniversaire !

Je posais mes premiers mots sur cette page et découvrais cet outil wordpress. C’était la découverte d’un nouveau monde, celui de la création et la tenue d’un blog.

Deux ans plus tard, anniversaire oblige, c’est parti pour le bilan. Et qui dit bilan, dit les flops et les tops !

Les flops

Je ne cherche pas la gloire ! Ni dans mes activités, ni avec ce blog ! Ce qui m’intéresse, c’est l’échange, la communication avec les personnes qui lisent le blog.

Abonnés

Mais quand même, 25 abonnés aujourd’hui, ce n’est tout de même pas terrible et un brin frustrant !

Le jour où j’ai les chevilles qui enflent, ce chiffre suffit à me remettre les pieds sur terre, c’est sûr !

Que faire et comment faire pour améliorer ce point ? Pourquoi le lecteur ne s’abonne t’il pas ? Comment lui donner envie de rester et de revenir sur le blog ?

Pourtant il me revient aux oreilles que mon écriture est agréable.

L’onglet statistiques du blog m’informe qu’en 2019, le blog a près de 3600 vues !

Le mardi à 16h est le moment privilégié. Pourquoi le mardi ? Mystère ! 16h ? La pause de l’après-midi peut-être ? J’aime l’idée.

Les visiteurs viennent du monde entier ! Il y a des lecteurs au Brésil, en Inde, en Corée du Sud par exemple : j’adore.

Collaborations

Même si j’ai beaucoup de globetrotters dans mon entourage, ces lecteurs là viennent d’ailleurs, de sites qui ont publié certains articles de Agathevisoretcie. C’est le cas de Femmexpat.

Ou alors ils ont découvert le blog grâce à d’autres sites. Ainsi je remercie tout particulièrement Expat Parents et surtout sa fondatrice Catherine Martel, qui vient de désigner Agathevisoretcie « blog du mois »! Cela m’a fait énormément plaisir !

Pour poursuivre sur les « moins » de ce bilan, citons les outils et les réseaux sociaux.

Les outils et les réseaux sociaux

J’ai déjà eu l’occasion dans un précédent article, Blogosphère d’évoquer l’importance du choix des mots utilisés, des titres des articles ou des paragraphes pour obtenir le meilleur référencement naturel par les moteurs de recherche.

J’ai aussi bien compris l’importance de l’image du site qui doit être soigné, fluide et beau. Agathevisoretcie.com a fait peau neuve et pour l’instant la version actuelle me plaît.

Maintenant, je démarre la partie qui me semble la plus difficile : celle des réseaux et des outils pour se faire connaitre.

Il existe des professionnels. C’est leur métier. Pour ma part, je suis bien loin de mes domaines de compétence et donc je conjugue les erreurs et y passe beaucoup de temps pour une piètre performance.

A titre d’exemple, il existe des outils qui mesurent la visibilité d’un site/blog sur la Toile.

Bon, en même temps il y a des outils pour tout hein, même Big Brother et 1984 de Georges Orwell font figure de méga dinosaures à côté.

Bref, si j’entre les données de mon blog dans l’un de ces outils et bien les résultats sont assez mauvais.

Facebook, Instagram, Pinterest

Pour y remédier, il faut se faire connaitre et donc utiliser les réseaux sociaux. La clef est de partager, partager partager encore. Avoir des abonnés (on y revient hélas!) qui relayent à leur tour, commentent et font « vivre » le site via leurs propres comptes.

À cet effet, le blog a donc une page sur Facebook qui reste encore un immense réseau social même s’il décline.

Je me suis également lancée sur Instagram. Et les choses se compliquent un peu. Car, si c’est intuitif pour Queen M, cela l’est nettement moins pour moi.

Poster une photo avec une légende facile; la commenter au bon endroit et surtout la taguer afin de lui assurer une visibilité euh comment dire…question de génération sans doute car mes copines ne semblent pas trop à l’aise non plus avec ce réseau. Ou d’appétence, allez on va dire çà… ah ah ah !

Quoiqu’il en soit pour tenter de m’améliorer, Queen M m’a fixé une « interro ». Pourvu que j’ai une bonne note !

Enfin, il y a Pinterest. Là aussi le blog est enregistré mais je n’ai pas encore saisi les subtilités de l’outil, hormis d’être inondée de notifications concernant des « tableaux susceptibles de m’intéresser » ! Grrr…

Un certain travail reste donc à fournir afin de progresser dans ces domaines. Mais heureusement, le blog m’apporte de belles joies.

Les Tops

Car si les côtés « techniques » sont un peu frustrants, il y a les « tops ».

Le plaisir et la liberté d’écrire

Certains aiment faire du sport, pratiquer plusieurs langues, peindre etc. Pour ma part, j’ai découvert le plaisir d’écrire avec ce blog.

Créé à la base pour évoquer notre nouvelle vie au Maroc, son objet est aujourd’hui bien plus large.

Je prends plaisir à raconter des anecdotes, à partager des pensées, à coucher des mots sur des émotions parce que cela m’est plus facile qu’avec des paroles.

Deux de mes trolls y participent de temps à autre mais l’ensemble de la tribu s’est impliquée dans le blog et ce même si tous ne lisent pas les articles.

Aujourd’hui c’est le 55ème article. Je ne sais si c’est trop ou pas assez. J’écris quand j’en ai l’envie et surtout sur ce que j’ai envie. Je choisis.

C’est pourquoi cet espace est un formidable outil de liberté. Il n’y a pas de pression, pas de date limite. Sauf celles que je m’impose à moi même.

Ce moment d’écriture est pour moi une bulle. Je suis alors indisponible et hors du temps. Ce moment m’appartient. J’en oublie le lieu, l’heure, tout….C’est unique et cela me procure une très grande joie.

Un peu comme en cuisine, je procède par étapes, je laisse reposer. Une idée me vient, elle chemine, elle se forme, devient des phrases. J’écris. Puis je laisse reposer. Quelques heures, quelques jours qu’importe.

Je reprends, je corrige, j’agrémente, je reviens en arrière, je supprime, je repars. Jusqu’à ce que je sois satisfaite. Que j’ai plaisir à lire ce que j’ai écrit et que cela soit en adéquation avec ce que je ressens.

Publication

Au moment d’appuyer sur le bouton « publier », l’article a fini de m’appartenir. Je m’en détache déjà.

Il va vivre sa vie propre…Ou pas d’ailleurs !

Ah bah oui hein il faut savoir raison gardée ! Je ne suis pas Zola, l’auteur favori de ma jeunesse. Ni aucun auteur actuel connu !

Je n’ai aucune prétention à obtenir le Goncourt ou que sais-je encore; ni d’ambition littéraire. Il s’agit simplement d’une activité plaisante et très agréable.

Néanmoins bon…imaginons qu’un éditeur passe par là (s’égare totalement hein !!!)… et bien disons que la proposition serait susceptible d’être étudiée !

Et comme ce qui m’intéresse avant tout c’est le partage et l’échange, j’avoue que les retours des lecteurs comptent et ils sont formidables !

Les réactions

A vous lecteurs, je tiens à dire merci.

Merci  pour vos :

  • retours qu’ils soient écrits, oraux, de vive voix, via les réseaux sociaux etc.
  • adorables commentaires, votre bienveillance, vos pensées positives, vos encouragements, merci
  • réactions, vos partages, pour ces beaux échanges.

Que de joies à vous lire !

Que vous soyez dans ma vie depuis longtemps ou bien depuis la semaine passée, cela me touche beaucoup. Enormément. Profondément.

Oui, j’ai parfois beaucoup de mal à accepter vos compliments parce que je crois toujours ne pas les mériter.

Pour mes connaissances réelles, j’ai toujours une petite voix qui me souffle que, justement parce que c’est moi, vous êtes forcément partiaux, indulgents, amicaux.

Mais après tout, qu’importe ! Je m’en moque ! Je prends ! Tout !

Et j’en redemande même ! J’ose !

Soyons fous !

Parce qu’aujourd’hui Agathevisoretcie.com fête ses 2 ans, la « parole » est à vous.

Je vous embrasse.

Les voyages de la Tribu·Vie au Maroc, Vie d'Expat

Dar Basma

Dar Basma

Envie de vacances, de soleil, de déconnexion, de passer un moment dans un bel endroit cosy et au calme ? Ne cherchez plus, j’ai l’adresse qu’il vous faut au Maroc : la superbe maison d’hôtes Dar Basma !

A 3 heures de vol de Paris et à 30 minutes de l’aéroport de Marrakech, Patricia et Dany vous attendent dans leur magnifique maison d’hôtes pour vous faire goûter la douceur de vivre marocaine.

Depuis le portail d’arrivée, un chemin bordé de pennisetum serpente la propriété. Vous n’avez encore rien vu que la magie opère déjà et vous vous détendez !

Maison d’hôtes

La maison d’hôtes compte 7 chambres, 3 dans le bâtiment principal et 4 suites dans deux bâtiments extérieurs. La construction est récente et surtout de très bonne qualité. Les finitions sont soignées.

La décoration est superbe et chaleureuse tant dans les parties communes;

que dans les chambres.

Le jardin

Le jardin de la propriété est à disposition que vous souhaitiez découvrir les paons, jouer à la pétanque ou vous perdre dans l’oliveraie pour la plus grande joie des enfants.

A moins que vous ne préfériez vous poser dans le salon de jardin tout en admirant la roseraie ou la vue.

Non ? Il fait trop chaud ? Qu’attendez-vous pour vous baigner dans cette piscine sublime avec vue sur l’Atlas !

La piscine

Ici pas un bruit, juste le gazouillis des oiseaux. Les chaises longues sont idéales pour s’assoupir.

Que manque t’il à votre béatitude ? Des fruits frais ? C’est possible…

Un hammam ? Un massage ? Ouiiii ! Il suffit de demander !

Le hammam

Dans une annexe, entourée d’un jardin exotique, vos hôtes ont aménagé, avec goût, un espace bien-être avec salle de massage, hammam, jacuzzi, salle de repos, salon.

N’est elle pas belle la vie ? N’êtes vous pas désormais paisible, zen, bienheureux ?

C’est le moment de lever la tête pour admirer le ciel qui offre une fabuleuse palette de couleurs.

Le monde extérieur n’existe plus ! Bienvenue à Dar Basma !

Et encore !·Vie au Maroc, Vie d'Expat

Voyage, Voyage

La vie à Casablanca me permet d’assouvir certaines de mes envies. C’est ainsi que j’ai démarré ce blog il y a bientôt 2 ans puis lancé quelques mois plus tard Casa Bénévolat.

Aujourd’hui, c’est un autre domaine que cette expatriation me permet d’explorer : celui des voyages !

Qui me connaît un peu, connait ma passion des voyages et sait combien j’adore les organiser de bout en bout partout dans le monde que ce soit avec ma tribu ou en effectif plus restreint.

Et comme j’aime çà, forcément je partage ! Au fil des années, j’en ai partagé des bons plans, conseils, astuces etc car j’adore !

Préparer un voyage c’est déjà partir un peu et je prends toujours grand plaisir à organiser nos tribulations ou celles des autres qu’elles soient lointaines ou de proximité.

Personal Traveler

C’est donc tout naturellement que je me suis intéressée à ce tout nouveau site : Personal Traveler https://www.personal-traveler.com/

Il ne s’agit pas d’une agence de voyage non; Personal Traveler offre des conseils de voyage. Un de ses slogans est : « Obtenez des conseils sur mesure pour découvrir le pays de l’intérieur ». Quelle bonne idée !

A vivre dans un pays, on le découvre, on apprend à le connaitre, on teste avec plus ou moins de bonheur les us et coutumes locales. A vivre dans un pays on y apprend des petites choses qui ne seront jamais écrites dans les guides touristiques tous aussi remarquables qu’ils soient. Le concept me plaît.

Tout comme l’engagement du coach voyage à reverser une partie de ses revenus à une association caritative. Voilà une démarche solidaire que je ne peux qu’approuver !

C’est donc avec un grand plaisir que j’embarque dans l’aventure Personal Traveler, en qualité de coach voyage . Difficile pour moi de ne choisir qu’une association car elles sont toutes top! Alors j’ai choisi pour l’instant la première qui a adhéré à Casa Bénévolat. J’espère que cette nouvelle aventure sera un succès.

Rendez-vous vite sur le site pour découvrir ce que j’ai écrit pour le Maroc mais aussi toutes les autres destinations proposées !

Et qui sait, vous aussi tout comme moi depuis, fredonnerez en boucle la chanson de Desireless : Voyage, voyage !

Cette collaboration a pris fin en septembre 2020.