Les voyages de la Tribu

Dans le désert du Sahara au Maroc

Ah le désert du Sahara au Maroc…

Prononcer le mot est déjà un voyage car aussitôt notre imagination s’emballe. On pense au Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry à tous les contes et légendes de l’enfance.

Même s’il existe plusieurs sortes de déserts y compris froids, le mot « désert » pour moi est associé au sable.

J’aime les déserts.

Je suis fan de ces paysages arides, ces dunes de sable, qui prennent des formes variées en fonction du vent. Je respire à plein poumons la pureté de l’air et l’absence de pollution visuelle. Et surtout moi la bavarde, j’aime le silence; le silence profond et apaisant du désert.

Etre dans un désert c’est la déconnexion immédiate et bienfaisante avec le monde moderne. C’est une parenthèse dans l’espace temps. Un lieu qui nous rappelle que nous ne sommes que de passage, que nous devons être humbles et respectueux des merveilles de la nature.

Le désert est une étape incontournable d’un séjour au Maroc !

Evidemment au vu des températures qui dépassent les 45 degrés à l’ombre, on oublie totalement ce type de visite en période estivale ! Pour ma part, j’y suis allée toute fin octobre et c’était absolument parfait question température jour/nuit.

Ayant déjà plusieurs expériences de désert, j’appréhendais un peu l’endroit car j’avais peur d’être déçue. Et bien il n’en fut rien. Comme ailleurs, la magie a opéré et j’ai adoré.

Faute de temps, nous avons opté pour le désert le plus proche et le plus accessible et donc aussi le plus touristique : le désert de Merzouga ! L’Erg Chegaga ce sera pour une prochaine fois.

Merzouga

Je craignais je l’avoue, l’usine à touristes, la pétarade des moteurs de 4X4 et autres engins. Il n’en fut rien !

Il faut dire aussi qu’en début d’année 2019, un certain nombre de camps non autorisés ont été fermés. Par chance, nous nous sommes donc retrouvés dans un coin tranquille.

Avant le sable, il y a bien sûr, la roche et la piste.

Puis le sable prend le dessus et à chacun son véhicule !

Encore que l’idéal soit d’y aller à pied !

Nous découvrons la beauté du panorama.

 

Le camp

Voici notre campement glamping pour la nuit !

Le campement compte 6 tentes. C’est parfait !

L’espace restauration est d’un grand luxe !

Une fois installés, nous partons à la découverte de notre environnement pour assister au coucher de soleil, quasi seuls au monde !

Qui dit désert, ne dit pas absence de vie. Nous prenons le temps d’observer.

Ici passage de dromadaires…Là un scorpion…

Plus loin une méharée..

Que c’est beau !

Le soleil descend sur l’horizon, plus loin dans le Sahara; les dunes se colorent de rouge….C’est magique ! Quel spectacle !

Le soleil couché, nous regagnons le camp, ravis.

Nous faisons connaissance de nos compagnons de soirée, originaires de Longwy…là où vécurent mes grand-parents paternels ! Il n’en fallut pas plus pour briser la glace.

Après un repas typique, nous nous sommes installés autour d’un feu, sous les étoiles.

Nous avons écouté les chants de ces hommes du désert, chanté à notre tour et dansé ensemble.

Et parce que du fait de ses études en France, nous n’avions pas fêté ensemble son anniversaire, c’est dans le désert ce soir là, sous les étoiles, que Fils Aîné a soufflé les bougies de ses 18 ans.

En musique, le gâteau surprise fut partagé avec joie entre tous les convives.

L’aube

Tout le monde est debout pour ne pas manquer le lever du soleil !

C’est splendide !

Une nouvelle et belle journée commence dans le désert du Sahara.

Les voyages de la Tribu

Asilah et sa médina « street art »

Si vous vous baladez au Maroc, entre Tanger et Rabat, n’hésitez pas à faire halte à Asilah afin d’y découvrir sa médina.

Asilah

Encore une médina ? Certes ! Mais celle-ci est différente !

Entourée de remparts construits par les portugais, posée au bord de l’océan atlantique, cette médina autrefois espagnole surprend par ses éclatants murs blancs peints à la chaux et ses ruelles propres et entretenues.

Des remparts, on aperçoit la mer.

et la plage à proximité.

En ce vendredi midi, à l’heure de la prière, il n’y avait pas grand chose d’ouvert

Nous étions presque seuls à déambuler et nous avons vraiment apprécié le calme et la tranquillité.

Street Art

L’autre particularité de cette médina pittoresque ce sont ses fresques murales.

Elles sont de plus éphémères. Donc rien ne garantit que vous verrez les mêmes lors de votre passage car un autre artiste peut avoir réalisé une nouvelle œuvre.

A l’exception de celle ci toutefois qui n’est pas une peinture !

J’adore !

J’aime aussi beaucoup les mélanges : zelliges ici azuelos là.

Certains diront d’Asilah qu’elle a perdu de son authenticité, qu’elle devient une cité touristique et balnéaire. Ce n’est pas faux. Mais pour moi qui vit au Maroc depuis 2 ans et demi, je lui trouve du charme et de l’originalité.

Lixus

Après avoir repris l’auto, toujours sur la nationale, quelques dizaines de kilomètres en direction de Rabat et peu avant Larache, se situe le site archéologique de Lixus.

Bon on ne va pas se mentir, si vous passez par là, que vous avez du temps, si vous avez vraiment envie d’être seul(s) au monde… et bien allez-y !

Nous avons dû être l’attraction du jour du gardien !

Cette visite est destinée aux vrais passionnés car sincèrement même avec beaucoup d’imagination, il ne reste que peu d’ouvrages identifiables, même avec des panneaux explicatifs.

La balade est sympathique et dure une heure environ car le site est vaste. Le sentier est balisé et sécurisé.

Le site est loin d’avoir été fouillé entièrement alors avis aux futurs archéologues !

Le panorama est superbe !

Et nous rentrons à Casablanca, contents de l’escapade. Ce fut une autre belle journée au Maroc.

 

Les voyages de la Tribu·Vie au Maroc, Vie d'Expat

Escapade à Rabat, Episode 2

Je vous avais dit que Rabat nous avait plu et qu’on y reviendrait et bien, nous y sommes revenus et pas seulement une fois.

Allez c’est parti pour l’épisode 2 et si vous avez manqué le premier épisode, pas de panique , la séance de rattrapage c’est ici !

La capitale du Royaume du Maroc est agréable, plus calme et plus propre que sa bouillonnante voisine, Casablanca où nous vivons.

Pour y aller, une grosse heure de trajet, via autoroute, le plus dur étant de sortir de Casablanca.

Par une belle matinée d’automne, je commence par vous convier à la découverte de Chellah, quartier excentré de Rabat.

Chellah

De loin, on pense à une forteresse, avec ses remparts.

J’adore cette porte !

Mais en réalité, Chellah fut une ancienne cité romaine avant de devenir dans les années 1200 – et oui il y a bien longtemps – une nécropole mérinide,

Aujourd’hui l’ensemble est en ruines.

Si ce site est intéressant pour les amoureux de vieilles pierres, il est à mon sens aussi incontournable pour tout visiteur car il dégage une certaine sérénité.

Les cigognes ont élu domicile sur le sommet du minaret.

Un superbe jardin très bien entretenu invite à la douceur. Il se murmure que cet endroit est très romantique.

Enfin sauf avec les enfants ! Eux courent plutôt partout et l’endroit est idéal pour une partie de cache cache !

Maintenant que tout le monde est en forme, place à un peu de culture puisqu’a lieu la biennale de Rabat.

Direction le centre ville et le musée !

Musée d’art moderne et contemporain Mohammed VI

Quelques œuvres plus tard, nous découvrons la magnifique Villa des Arts.

Villa des Arts

Oudayas

Et puis pas d’escapade à Rabat sans passage par la Kasbah des Oudayas, toujours aussi jolie. Je précise que toutes mes photos sont prises sans filtre !

Evidemment on va admirer le très beau panorama sur l’océan Atlantique avant de rebrousser chemin tout en jetant un œil au passage aux étals,

afin de découvrir au cœur du jardin andalou, d’autres œuvres artistiques exposées temporairement dans le musée, autrefois résidence d’été.

Une fois de plus, je suis sous le charme des zelliges et  fontaines.

Enfin, nous nous rendons au Fort Rottenbourg, Fort Hervé ou encore Borj Lakbir;

Borj Lakbir

Il vient d’être restauré en 2019 et qui accueille pour l’instant gratuitement, quelques expositions.

Et c’est déjà l’heure de prendre le chemin du retour.

Rabat, c’est sympa !