Et encore !·Vie au Maroc, Vie d'Expat

Alors ce retour ?

Retour en France

C’est la première question que me pose tout interlocuteur actuellement : comment se passe ce retour ?

Ce retour en France et dans notre maison, dans le quotidien de nos proches etc et le retour au bureau pour moi.

Après 4 ans d’ailleurs. 4 ans : la durée de cette aventure marocaine et de notre première expatriation. Car si d’apparence, nous sommes les mêmes, à l’intérieur, nous revenons autres et riches d’une autre vie, d’une autre culture et d’expériences.

Retour en France

Je ne sais pas pour vous mais désormais, quand je pose le pied sur le sol français, j’ai le sourire. Jamais je n’avais ressenti cela auparavant et pourtant je suis une voyageuse. Je pense que c’est la conséquence directe des deux fermetures de frontières vécues ces derniers mois.

J’ai lu beaucoup de choses sur la difficulté parfois de se réadapter à son pays d’origine, des astuces comme considérer son arrivée au pays comme une nouvelle expatriation etc…Honnêtement je ne me sens pas en décalage !

Peut-être que 4 ans c’est une durée trop courte pour ressentir cela ou peut-être qu’au vu de notre âge de départ, notre personnalité était faite et donc moins perméable à ce sentiment. En tout cas je n’ai rien ressenti de tel pour l’instant.

Il faut dire aussi que notre situation est simple : nous revenons dans notre maison, je retravaille au même endroit donc nous avons déjà nos repères.

J’ai pu tout faire en ligne ou presque ! Pas de papier légalisé, pas de queue interminable, ni d’employé qui tente de vous extorquer un billet pour le travail pour lequel il est payé ! Bref, des démarches multiples mais efficaces ! Le plus long : un peu plus d’un mois pour la réouverture de mes droits auprès de la sécurité sociale. Et le regard un peu interloqué de la pharmacienne quand je lui ai fait vérifier plusieurs fois que tout était bien ok sur ma carte vitale 🙂

La maison

La maison est la même. Et en même temps pas tout à fait. Trois locataires se sont succédés. Je la redécouvre. Je vois ses défauts, ses aspects abîmés… Mais aussi quel plaisir d’ouvrir un robinet qui déverse de l’eau chaude à la demande, de débrancher un appareil électrique sans que toute la prise ne me vienne dans la main, de fermer ses fenêtres qui ferment complètement. Repos pour Dédé La Bricole !

Je suis arrivée avec deux valises. Et c’est tout. Une « SANS MEUBLES FIXES ».

Et oui, tout était à Casa, en attente du quitus.

Mes chers voisins ont été formidables. En attendant, l’arrivée du déménagement ils m’ont prêté un kit de survie : matelas, tables, chaises, assiettes, verres, des couverts, lampes, casseroles. Je n’avais même pas de balai ni de seau pour faire le ménage ! Et encore moins d’outils de jardinage.

Aux premiers jours de septembre, les meubles sont arrivés. J’ai retrouvé avec un plaisir non dissimulé mon lit. Après un mois à dormir avec un matelas à même le sol, bah c’est clair…je n’ai plus 20 ans !

Pour le reste, comme me disaient les copines multi expatriées, c’est un peu comme les cadeaux de Noël : surprise ! tu ne sais pas ce que tu vas trouver à l’intérieur !

70m3 à déballer cela en fait des paquets. Près de 300 item.

On se serait cru dans un bureau de vote avec l’Homme qui cochait sur sa liste le numéro du carton donné par le déménageur, à l’arrivée. Pauvres voisins qui toute la journée ont entendu des annonces : 124, 281, 387 etc

Au bout de 48h de déballage avec les déménageurs, j’avais 90 ans !  Tu parles, j’ai mis deux jours entiers à juste ranger la cuisine. Totalement fourbue après cet exercice, j’ai pris l’engagement de ne plus acheter de vaisselle avant très très lonnngggteeemppps ! Alors, si vous m’apercevez dans un magasin de vaisselle, rendez-moi service : sortez-moi de là !

Quitus

Au Maroc, tout reposait sur l’Homme. Du coup, les formalités de sortie sont pour lui. Il a passé son mois d’août dans les papiers.

Jusqu’au bout l’administration marocaine est taquine ! Pour obtenir ce quitus, le résident doit prouver qu’il ne laisse pas de dette dans le pays. Pour cela tu dois démontrer que tu as réglé toutes tes factures, tu dois fermer ton compte bancaire etc. Dans le même temps à une autre administration, pour être autorisé à quitter le territoire, tu dois fournir un… justificatif de non abonnement.

Comme m’a dit un ami marocain : « une fois sorti du Royaume, tu trouveras toutes les démarches administratives ailleurs faciles 🙂

Frontières

Là encore, nous avons vécu des moments de montagnes russes.

La veille du retour de Queen M et Loulou (qui voyageaient seuls avec un tonne de papiers vu qu’ils sont mineurs), la France décide de passer le Maroc en zone rouge.

N’étant pas vaccinés complètement à cette date, s’est posée la question du lieu d’une quarantaine obligatoire. Car il n’y avait aucun meuble à notre domicile. Sans compter pour Loulou, la gestion de son absence lors de la rentrée scolaire dans son nouveau lycée à la rentrée.

Aïe, aïe,aïe, une couche de stress supplémentaire ! Finalement, ouf, ils y ont finalement échappé, de quelques heures.

Pour l’Homme qui voulait à toute force sortir du Maroc au volant de sa précieuse auto électrique, le retour fut épique également.

Les frontières terrestres étant fermées depuis mars 2020, une seule solution, le ferry de Tanger jusqu’à Sète  : 44 h de voyage. Dès 10h du matin, l’Homme faisait la queue pour un embarquement à 16h. Il y a passé sa journée et le bateau est parti avec plus de 7h de retard.

N’ayant pu réserver de cabine, c’est lessivé qu’il est arrivé près de deux jours plus tard, à Sète. Et comme il l’a dit lui même : lui non plus n’a plus 20 ans.

Vaccins

L’Homme et moi sommes vaccinés au Maroc, avec le vaccin local (Sinopharm). Nous disposons d’un certificat de vaccination marocain. Hélas, ce schéma vaccinal n’est toujours pas reconnu par l’agence européenne du médicament ni par la France à ce jour.

Cet été, nous avons donc pris la décision de nous faire administrer un troisième vaccin. Et nous disposons donc depuis lors d’un certificat de vaccination européen également.

Avec 3 doses et deux « pass », on est en droit de se dire qu’enfin, on retrouve une certaine liberté de déplacement. Et bien…non 🙁

Impossible pour nous d’accompagner Queen M au Royaume-Uni le week-end dernier. Motif : l’Angleterre considère que nous ne sommes pas vaccinés et entend nous imposer une quarantaine obligatoire de 10 jours.

Totalement dingue n’est ce pas ? Et pourtant incroyablement vrai !

C’est donc en solo, que Queen M, qui dispose d’un schéma vaccinal valide -ouf-, est partie pour une nouvelle aventure dans un nouveau pays poursuivre ses études supérieures.

Pour elle, une nouvelle expatriation démarre ! Et quel pied de nez pour celle qui clamait fort que l’expatriation c’est nul !

Retour au bureau

Après 4 ans de pause, j’ai repris le boulot, dans la même structure, dans le même lieu, à La Défense.

La Défense, le quartier des affaires à Paris où chaque jour des milliers/millions de fourmis vaquent à leurs tâches et autres activités.

Des fourmis ? Non rectification des tortues ! Tortue dont je fais partie désormais !

Car ma bosse sur le dos constitue désormais mon bureau professionnel : ordinateur portable, chargeur et casque audio, un cahier et un stylo.

Dans les transports, je regarde les voyageurs et identifie immédiatement les autres tortues, comme moi. Il y a 4 ans, le télétravail était inenvisageable là où je bossais et ma fonction nécessitait beaucoup de d’originaux signés.

Covid 19 a balayé tout çà. Fini ou presque le papier, le télétravail est officiel à raison de 2 jours par semaine. Fini aussi le bureau où on dispose son stylo, sa tasse et la photo de ses rejetons. Désormais, on s’installe où il y a de la place et pour l’instant je n’ai vu le service au complet qu’un jour par semaine en présentiel !

Retrouvailles

J’ai déjà eu l’occasion d’écrire à quel point, je n’avais pas supporté les fermetures de frontières parce qu’elles m’empêchaient de retrouver ceux que j’aime. Alors oui je savoure ces retrouvailles ! Quel plaisir ! Quelle joie ! Quel bonheur !

Pouvoir à nouveau se dire « à bientôt » sans cet aléa de frontières, sans ce serrement du cœur parce que la date est inconnue. Je l’avoue, c’est un vrai soulagement en ce qui me concerne.

Beaucoup m’ont manqué ! Et j’ai aussi manqué à plusieurs.

Au bureau, il n’est pas rare que je mette un certain temps pour revenir avec ma tasse d’eau chaude tiède…suite à la rencontre de personnes que je n’ai pas vu depuis des années !

Cela me fait vraiment plaisir de revoir des amis, des proches, des collègues des voisins etc. Pour moi, c’est l’important et l’essentiel. Je suis un animal social.

Et le Maroc alors ?

Et bien si je vous disais que le Maroc est partout, autour de moi ? Si si.

A l’accueil de notre location de vacances, à la cafétaria du bureau, jusqu’au le livreur du réfrigérateur qui m’a dit « Madame, dans mes bras » quand il a su que je revenais de 4 ans au Maroc.

Même mes interlocuteurs dans les administrations se dégèlent parfois quand j’explique mes diverses démarches de retour du Maroc, parce qu’eux aussi sont marocains ou d’origine marocaine ou ont de la famille au Maroc.

Et que dire de mes amis marocains qui m’ont dit « tu auras toujours de la famille à Casa et au Maroc ».

Cela me touche énormément.

Ce pays est dans mon cœur. Et je n’ai pas fini de le raconter.

Agathevisoretcie.com continue.